4ème FESTIVAL DES PASSAGES CLOWNES

PASSAGES CLOWNESDu 1er au 9 février 2013
Salle Paul Bonneville à Bessancourt 1. Les thématiques du Festival 2. Objectifs de cette 4e édition 3. Programmation de cette 4e édition 1. Les thématiques du Festival a.Le clown de théâtre Le clown de théâtre est encore assez mal connu du public, malgré quelques têtes d’affiche, tels Buffo, Emma la clown ou les Nouveaux Nez. Il est souvent assimilé, encore aujourd’hui aux clowns de cirque traditionnel, aux figures du clown blanc et de l’Auguste. Or, si les racines de ces clowns sont communes, le clown de théâtre a développé un jeu spécifique. C’est un personnage qui n’obéit à aucun stéréotype (il peut se décliner en autant d’êtres clowns que d’êtres humains) et il appartient davantage à la famille des grands burlesques (Harold Lloyd, Charlie Chaplin, Laurel et Hardy, Buster Keaton…) qu’à la famille circassienne. Il est l’être humain dans son entièreté, sa simplicité, la force de ses envies, de ses besoins, de ses sentiments. Il met en scène le combat toujours recommencé de ses désirs têtus et de la réalité incontournable. Le clown rate souvent, et en dépassant les bornes ; il nous fait rire, mais il se bat, et ne lâche jamais le morceau. L’expression de ce que ressent le clown – ses douleurs, ses fragilités, comme ses joies – est radicalisée. Et si le clown de théâtre s’est émancipé du clown de cirque, il ne s’apparente pas non plus au cynisme et à la méchanceté du bouffon. Il nous parle de nous, au quotidien, et c’est sa radicalité qui le pousse à faire des choses inattendues. Il est une loupe grossissante de ce que nous sommes. Le clown de théâtre est aussi un clown qui peut apporter, dans la mise en scène d’un texte, une écoute aiguisée de l’écriture d’un auteur, une traduction physique et émotionnelle des répliques, un jeu amplifié et une distanciation possible. b.Le cinéma burlesque Les origines « L’Arroseur arrosé » (1895), des frères Lumière, est l’archétype du film burlesque. Mais c’est dans les fantasmagories de Georges Méliès, qui contiennent une série de gags rendus possibles par des moyens purement cinématographiques, comme le montage, que le burlesque et l’art du cinéma scellent véritablement leur union. Quoique encore primitif, le burlesque séduit immédiatement le public. En France, de 1900 à 1912, les sociétés Pathé et Gaumont produisent beaucoup de films de Max Linder, André Huzé, Jean Durand… C’est bientôt toute l’Europe qui suit ce mouvement. La comédie burlesque se naturalise américaine dès la deuxième décennie du XIXe siècle. Charlot, très vite, succède à Max Linder. Mais cette soudaine floraison du genre sous le soleil de Californie n’a rien d’une génération spontanée. Le théâtre de province et des comédiens ambulants, qui vont de ville en ville sur des kilomètres, représente un énorme brassage de troupes, qui constitue la base du cinéma américain. Comédie ou burlesque ? La comédie traditionnelle ne peut exclure un déroulement temporel rigoureux où le personnage s’enferre toujours plus avant dans ses travers. Au contraire, le personnage burlesque jouit d’une liberté catastrophique. Le gag peut se définir comme une incidente brutale, brève et soudaine, qui trouve en elle-même son accomplissement burlesque ; c’est bien d’un art de l’instant dont il s’agit. En retournant le miroir vers le public, le burlesque l’invite à se reconnaître dans la dérision du spectacle. En cela Tati et Lewis ne font que renouer avec la tradition essentielle d’un rire libérateur, mais c’est de nous dont nous rions désormais. 2. Objectifs de cette 4e édition Des objectifs multiples : – faire découvrir le clown de théâtrefaire découvrir le burlesque, sous toutes ses formes, – encourager la pratique amateur, avec notamment la programmation d’une courte initiation dans les écoles et d’un atelier de clown intergénérationnel le mardi soir menés par la Compagnie du Hibou ; – faire découvrir des artistes de qualité, reconnus en tant que références « clown », Alain Gautré et Hélène Ventoura, formés et formateurs au Samovar cette année. – créer des relations intergénérationnels, via notamment un spectacle donné à la maison de retraite La Closeraie aux enfants des centres de loisirs et aux résidents, suivi d’un apéritif ludique, et un atelier intergénérationnel de clown de théâtre. – favoriser les échanges et la création de liens sociaux, bien au-delà du théâtre proprement dit. 3. Programmation Alain GautréVendredi 1er à 21 h Conférence drolatique « Le gai savoir du clown » animée par Alain Gautré coproduit par la compagnie Tutti Troppo Cette conférence spectacle donne à voir et à entendre sur l’histoire du clown. Là où un esprit docte ne ferait que témoigner oralement, Alain Gautré, lui, suite à son engagement dans cet art, allie, pour le plaisir de tous, théorie, pratique et montre les ressorts de son fonctionnement. Bien sûr la dite conférence tourne mal… Salle Paul Bonneville – 7/5/1 €- 01 30 40 44 95WadadidouSamedi 2 à 21 h Spectacle « Wadadidou » Par la compagnie Le troupeau dans le crâne Plantée au milieu des fifties, Birmingham est une pin-up au nez rouge. L’attente amère de son homme flirte avec ses sautes d’humeur. Pour lui, elle veut coller à l’image de la femme parfaite. Seulement, elle se prend les pieds, mais avec contenance, dans les bigoudis et les règles de bienséance. Ce solo interprété par Eglantine Rivière, explore la rencontre de deux mondes en contradiction : l’hyper féminité et le clown. D’un côté la gaucherie et les pieds dans le plat. De l’autre, le chic et le sourire impeccable de la pin-up. Les calendriers ont dessiné l’heure de gloire d’un stéréotype, et avec lui, un nouveau modèle de femme idéale. Seulement, le terme «pin-up» signifie littéralement «punaisée au mur »… Salle Paul Bonneville – 7/5/1€ – 01 30 40 44 95CRIKDimanche 3 à 15 h Spectacle des ateliers du CRIK Les ateliers du Crik, qui se revendiquent comme un club de réflexion et d’investigation clownesque, y joueront l’une de leurs dernières créations toujours très attendue car inattendue… Salle Paul Bonneville – 01 30 40 44 95 – entrée libreMardi 5 de 19 h 30 à 22 h Atelier intergénérationnel de clown de théâtre Par Florence KitLa féeMercredi 6 à 15 h Projection du film « La fée » Film franco-belge réalisé par Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy. Dom, gardien de nuit dans un hôtel, rencontre la fée Fiona qui lui offre trois voeux. Dom ne fait que deux voeux mais tombe amoureux de la fée. Un film plein d’humour et de tendresse à découvrir. Salle Paul Bonneville – 01 30 40 44 95 – entrée libreHélène VentouraSamedi 9 à 21 h Spectacle « Tout un monde » d’Hélène Ventoura Demandez à un clown de vous raconter Cendrillon. Il voudra faire des parenthèses, des digressions et surtout vous faire des révélations. Il vous dira que dans la vraie histoire, Cendrillon n’a pas écouté sa marraine, qu’elle est restée au bal après minuit, et s’est retrouvée en guenilles devant le prince et ses convives. Puis, elle s’est enfuie pour partir à la recherche de l’homme de sa vie et qu’il lui est arrivé toutes sortes de choses étranges. Ce texte – dit avec un débit imparable – est drôle, décalé et insolite. A voir ! Salle Paul Bonneville – 7/5/1€ – 01 30 40 44 95

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Administrateur

le créateur de ce blog, si vous avez des suggestions n'hésitez pas à me les soumettre

Laisser un commentaire

Posts Facebook

Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

Copyright © 2017 Multistud |  Mentions légales